septembre 2020

Le coin du web des Autres Possibles

Nouveau ! Les Autres Possibles est un magazine papier mais parfois il se décline en ligne ici. Au menu : des compléments d’infos sur nos enquêtes, des archives offertes des numéros parus ou épuisés, et, quand on le pourra, des exclusivités 100% web.    

À Nantes, l’Autre hangar stocke les dons pour l’aide alimentaire

Pour subvenir aux besoins des structures de l’aide alimentaire sur l’agglomération nantaise pendant la durée du confinement, deux associations ont uni leurs moyens pour monter, en urgence, un hangar de stockage.

Par la rédaction
Publié le 25 mars 2020
——

À Nantes, pendant la durée du confinement lié à la lutte contre le Covid-19, l’aide alimentaire repose sur un petit nombre d’acteurs de la solidarité qui mettent un point d’honneur à poursuivre leur mission pour venir en aide aux plus précaires, à la rue ou isolés. Mais les conditions inédites dues au confinement leur compliquent la tâche : outre les règles sanitaires qu’il faut respecter, la question du stockage des denrées s’est rapidement posée.

Ces structures doivent désormais conserver les denrées sur du moyen terme, et non plus quotidiennement, alors même qu’elles ne sont pas équipées pour. C’est pour répondre à ce besoin que L’Autre cantine, association solidaire de distribution de repas cuisinés, et le Bureau d’études spatiales, lieu collectif près de la Cité des congrès (atelier vélo, construction de décors de spectacle, etc.), se sont associés pour ouvrir, en quelques jours seulement, L’Autre hangar : un hangar de 300 m2 situé quai Magellan, à Nantes. “Ce lieu va permettre à la fois de stocker des dons plus volumineux que d’habitude et de les centraliser. Avec le confinement qui va durer, de nombreux professionnels de l’alimentaire vont encore être amenés à déstocker, d’un coup”, explique Matthieu Treilles, coprésident de L’Autre cantine.

Dons de professionnels

En l’absence de frigos, L’Autre hangar ne prend que les dons de fruits, légumes, produits secs et du matériel de première nécessité, “comme par exemple, du savon, des brosses à dent, des serviettes hygiéniques…” Priorité est faite aux dons venant des professionnels : grandes surfaces, producteurs, restauration, entreprises diverses, etc. “On ne ferme pas totalement la porte aux particuliers, mais l’idée est plutôt de réceptionner des dons d’un certain volume, issus d’un déstockage, par souci d’efficacité et pour minimiser les risques sanitaires. Il faut éviter de se déplacer pour de toutes petites quantités”, précise Matthieu Treilles.

Il faut également prendre contact avec l’asso avant de se déplacer. Les propositions de dons sont à faire sur Facebook, par mail ou par téléphone. Si le don est accepté, un créneau horaire sera réservé pour le dépôt, pour éviter tout croisement. L’Autre hangar, qui fonctionne pour l’instant sans budget, n’est pas en mesure de venir chercher les dons. Il faut donc les apporter sur place, à ses propres frais. Mais tout type de véhicule peut venir déposer. À l’autre bout de la chaîne, une plateforme numérique permet aux associations d’aide alimentaire de passer commandes selon les arrivages, et leurs besoins.

Contacter L’Autre hangar :
Facebook : page de L’Autre hangar
Mail : lautre.hangar.nantes@gmail.com
Téléphone : 07 58 14 06 37

Et aussi dans Les Autres Possibles

Aide aux démunis : “Dans l’urgence, de nouvelles coopérations s’opèrent”

Lire d’autres articles de l’édition spéciale sur les acteurs de la solidarité en période d’épidémie Covid-19

Qui sommes-nous ?

La boutique

Les points de vente