En route pour des vacances dans le coin. Coin coin !

Exit les destinations exotiques et, pour le moment, exit la plage : la pandémie de Covid-19 rebat les cartes pour les vacanciers. Et si c’était l’occasion de découvrir ou redécouvrir son propre territoire ? Rencontres à vélo, nuits à la ferme, visites de villages… Tour d’horizon de quelques excursions solidaires et écolo, pensées pour voyager local, bien avant tout ça.

Publié le 7 mai 2020
Par Marine Forestier
Photo : L’AlterTour, un circuit vélo tourné vers la découverte d’alternatives. (Crédit : AlterTour/Joana Bouquet)
——

Où part-on cet été ? Sans doute pas très loin. La pandémie remet en question les projets de vacances à l’autre bout du monde, et peut-être même à l’autre bout de la France. Dans ce contexte, des acteurs engagés du tourisme en Pays-de-La-Loire plaident pour que les Ligériens fassent le choix de s’aérer en découvrant leur propre région. Ce serait même un “acte militant pour soutenir son territoire économiquement” souligne Adrien Billet, coordinateur régional d’Accueil Paysan Pays-de-la-Loire. « L’exotisme est à portée de main : on n’a pas besoin d’aller loin pour être surpris, apprendre et faire des rencontres dont on se souviendra toute notre vie », ajoute-t-il. Accueil Paysan est un label qui rassemble des agriculteurs et d’autres acteurs et actrices du monde rural (paysan·nes retraité·es, vigneron·nes, etc.) disposant d’un lieu d’accueil.

Porté par une association fondée en 1987, il est né de la volonté de créer une alternative aux modèles dominants de développement de l’agriculture et du tourisme : “la mercantilisation, l’intensification des exploitations et l’encouragement à faire des gros investissements qui endettent”. En générant un complément de revenus pour les paysans qui accueillent, l’activité touristique participe au maintien d’une agriculture paysanne, tout en la faisant connaître. « Quand on dort chez un agriculteur labellisé ‘Accueil Paysan’, on est là pour échanger, visiter la ferme. On recrée du lien avec notre lieu de vie », poursuit Adrien Billet. Une nuit à la ferme coûte de 3 €, pour un emplacement de tente, à 50-60 € en moyenne pour un gîte. 


« Chaque village fourmille d’anecdotes, d’histoires sur des figures locales… »


L’association Un jour un village organise, notamment, des croisières sur la Loire. (Crédit : Un jour un village/Dominique Drouet)

Du local à perte de vue

Pour Frédérique Groleau aussi, le tourisme local permet de donner du sens aux vacances. Dans son hameau de quelques dizaines d’habitants en bord de Loire où elle habite depuis 20 ans, cette graphiste de métier voyait “l’histoire du village disparaître au fur et à mesure que les personnes âgées mouraient. Chaque village fourmille d’anecdotes, d’histoires sur des figures locales, d’actes héroïques… Mais tout cela passe inaperçu.” Elle décide donc de mettre ses compétences en communication à leur service et crée il y a trois ans les coffrets « Un jour un village ». Le principe : une « box » dans laquelle on trouve de quoi organiser une excursion en autonomie dans un village des Pays-de-la-Loire. Orée-d’Anjou, Château-Thébaud, Rochefort-sur-Loire, Oudon… Pour chaque bourgade, le voyageur dispose d’un itinéraire, d’un livret rempli d’anecdotes et d’informations historiques, de billets pour des activités de loisirs et culturelles et des visites chez des artisans. Le tout pour 29 € par adulte, 19 € pour les enfants et gratuit pour les moins de 4 ans. Chaque coffret a été réalisé après un travail d’enquête de trois mois dans les villages concernés. « On cherche à favoriser le partage. Les artisans rencontrés parlent tous avec passion de leur métier », explique-t-elle. De l’éleveur de vers de terre aux brasseurs artisanaux, en passant par le restaurateur d’objets d’arts, les visites sont pensées pour un public de tout âge.

Moins loin mais mieux

Partir moins loin comporte deux autres avantages, qui aident le développement du tourisme local depuis déjà quelques années : ce sont des vacances souvent moins onéreuses et moins polluantes. D’après le calculateur des émissions de carbone de l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie : pour 100 km parcourus en voiture, environ 20 kg de CO2 sont rejetés dans l’atmosphère, quand 10 000 km en avion en produit 2,2 tonnes. Et ce chiffre tombe à zéro si on voyage localement… à vélo ! D’autant que les Pays-de-la-Loire sont une région facilement cyclable. « Nantes est au carrefour de deux itinéraires européens, l’Eurovélo 1 et l’Eurovélo 6, les services d’accueil sont bien développés. Et il ne faut pas un gros investissement de départ pour préparer son vélo à la route : l’achat de sacoches, une petite révision et ça s’arrête là », énumère Florent Tijou, de France Vélo Tourisme

Image sans distance de sécurité de l’AlterTour en août 2019. (Crédit : AlterTour/Joana Bouquet)

Cette association de promotion du tourisme à vélo est basée à Nantes. Elle répertorie notamment l’ensemble des itinéraires cyclables de France. « Partir en vélo, c’est l’occasion de redécouvrir notre environnement, de se déconnecter et de laisser la place à l’imprévu. » Et si, d’ici deux mois, on peut envisager de s’éloigner un peu plus, l’Alter Tour propose un circuit en vélo tourné vers la découverte d’alternatives en matière d’habitat, d’alimentation, de transports, etc. Né auprès des acteurs de la mobilisation anti-OGM en France, l’Alter Tour en est à sa 13e édition. Il est organisé par Altercampagne, qui fédère une vingtaine d’associations nationales dont Attac, les Amis de la Terre ou encore la Confédération paysanne. 

En groupe de 60 cyclistes, le périple se déroule en autogestion et pour la durée de son choix. De Grenoble à Argenton-sur-Creuse pour l’édition 2020, les étapes sont agrémentées de chantiers collectifs, façonnage de pains, projections ou débats… L’occasion d’ajouter encore un argument en faveur de ces vacances régionales, vertes et pas chères : l’apprentissage militant. ♦

 

En complément

Idées d’ici : organisation de jeux de piste à la découverte d’une sélection d’adresses engagées à Nantes. Une initiative locale toute neuve, à suivre de près !
Cyclo-camping : association qui regroupe et informe ceux qui voyagent à vélo en autonomie. Elle publie une revue dont le dernier numéro est en téléchargement libre pendant le confinement.
Chilowe.com : média-guide de la micro-aventure en France.

Et aussi sur Les Autres Possibles

Les cafés nantais, fermés mais pas (encore) morts !

Ces jeunes citadins qui ont fait péter le champêtre (bien avant ce que vous savez)

De quoi s’occuper l’esprit avec d’autres possibles tout proches de nous

 

→ D’autres articles à relire gratuitement, tirés de nos numéros papier
→ Les articles de notre édition spéciale web sur les acteurs de la solidarité en période d’épidémie de Covid-19

Qui sommes-nous ?

La boutique

Les points de vente